Abricot 3

HUILE VEGETALE de noyau d'abricot (Armeniaca vulgaris) BIO

PROPRIÉTÉS : Anti-anémique, Apéritive, Astringente INDICATIONS : Asthénie, Diarrhée, Constipation, Anémie

Plus d'informations

Disponibilité : En stock, livraison de 2 à 5 jours

8.56€ TTC

État du produit : Neuf

Huile végétale de noyau d'abricot BIO
 
logo-cosmebio1.jpg
 

Armeniaca vulgaris, syn. Prunus armeniaca 
Famille des Rosacées

 
HUILE VEGETALE de noyau d'abricot BIO - France-Nature - Aromathérapie
NOMS COMMUNS :
Pomme précoce 

CONSTITUANTS PRINCIPAUX :
Des vitamines, des sucres, des protides, des sels minéraux et des oligo-éléments 

PARTIES UTILISÉES :
Le fruit
 

DESCRIPTION :

L' abricotier est un petit arbre de 3 à 6 mètres de hauteur. Les feuilles, en forme de coeur, sont ovales, caduques, cordiformes à la base, dentées et luisantes. Les fleurs, apparaissant avant les feuilles, sont soit solitaires, soit groupées par deux, à cinq pétales blancs à nombreux étamines. La floraison a lieu en mars et avril. Le fruit, très savoureux, est arrondi, velouté, soit orangé pur, soit marqué de taches pourpres.

 
CULTURE ET RÉCOLTE :
 

Originaire de Chine et du Japon, l'abricotier est cultivé en Asie, en Afrique du Nord et en Californie, en général dans toutes les régions tempérées. Il préfère les sols bien drainés, plutôt calcaire. Il se multiplie par semis et greffage. Le fruit est récolté en été, lorsqu'il est à maturation.

 

PROPRIÉTÉS :

 - Anti-anémique
- Apéritive
- Astringente

INDICATIONS :

- Asthénie
- Diarrhée
- Constipation 
- Anémie

 
 
  
 
  
 
UN PEU D'HISTOIRE :

Dong Feng, un médecin chinois du IIe siècle, aurait exigé des abricotiers en guise d'honoraires.
On raconte qu'Eudoxie, impératrice d'Orient, scandalisait l'Église byzantine par son luxe et ses débauches ; lorsqu'elle exila de Constantinople le patriarche Jean Chrysostome, le peuple assiégea son palais et le bombarda... d'abricots. À la Cour de France, le rébus, déjà à la mode durant toute la Renaissance, devint une véritable manie sous le règne d'Henri III : "mignons" et duchesses rivalisaient d'esprit pour y introduire le mot abricot à des fins de marivaudage d'un goût souvent assez douteux. Finalement la Reine se fâcha et fit interdire l'emploi du nom de ce fruit.